Philippe Arnaud, auteur du livre Jungle Park (éd Sarbacane) a rencontré vendredi les élèves de Terminale HPS (Hygiène, Propreté, Stérilisation) du lycée Amélie Zurcher dans le cadre du Prix Littéraire des lycées professionnels du Haut-Rhin. Une rencontre intimiste et chaleureuse alliant l’humour et le tragique.

Depuis plus de 20 ans des professeurs documentalistes et de lettres-histoire font vivre ce prix année après année grâce au soutien du rectorat, du Conseil Régional, d’associations et de librairies mulhousiennes.

Quatre romans forment la sélection annuelle : ces romans doivent être écrits par des auteurs français, édités dans l’année écoulée et à destination d’un public d’adolescents.

Plus d’une vingtaine de lycées professionnels et CFA participent à ce prix dans le Haut-Rhin ce qui correspond à peu près à 360 élèves. Au cours de l’année scolaire, les élèves lisent les quatre romans de la sélection, se réunissent, débattent, rencontrent les auteurs, se constituent en jury en mai pour décerner leur prix.

Les objectifs de ce prix sont de créer une dynamique de lecture dans les classes participantes, d’offrir aux élèves la possibilité de s’exprimer et d’argumenter en littérature.

« C’est la colère qui m’a fait écrire ce livre »

Philippe Arnaud, professeur de lettres à Bordeaux est donc venu pendant deux jours en Alsace afin de rencontrer les élèves participant au prix littéraire.

Très à l’écoute des élèves et sachant les mettre à l’aise, l’auteur a répondu à différentes questions portant sur son livre mais également sur son travail d’écrivain.

Il définit son livre Jungle Park comme une dystopie, genre littéraire retraçant l’existence d’une société imaginaire faisant vivre un véritable cauchemar à sa population. Effectivement son roman se déroule en 2050 et parle d’une Afrique devenue le dépotoir des déchets industriels occidentaux et une prison pour les condamnés à mort du monde entier. Tony Belluin, condamné à mort est parachuté en Afrique et survit grâce à un réseau de résistants. Pendant ce temps sa fille part à sa recherche et découvre les auteurs du complot dirigé contre son père…

L’idée de ce roman lui est venue après avoir écouté le discours de Lawrence Summers, ancien conseiller du président Obama dont voici un extrait : « Les pays sous-peuplés d’Afrique sont largement sous-pollués…Il faut encourager une migration plus importante des industries polluantes vers les pays les moins avancés… » Ce discours a provoqué chez lui une grande colère d’autant plus qu’il a vécu et enseigné au Cameroun et s’est marié avec une camerounaise.

L’histoire, les personnages, l’intrigue lui sont venus d’un coup mais l’écriture fut longue et a duré presque deux ans.

Le jeu des questions réponses a continué pendant plus d’une heure ce qui a permis aux élèves de découvrir sa vie de professeur et d’écrivain, le thème du roman en cours (l’esclavage domestique) et ses projets d’écriture.

Avant de partir l’auteur a montré aux élèves le manuscrit de son livre corrigé par son éditeur et qui ressemblait étrangement à une copie d’élèves ! On peut donc se faire corriger à n’importe quel âge et surtout s’améliorer grâce à l’aide d’autrui !

Les autres romans de la sélection sont : Et mes yeux se sont fermés de Patrick Bard, L’arbre et le fruit de Jean-François Chabas et Mon ami Arnie de Jérémy Behm.

La finale du Prix littéraire se déroulera le mardi 16 mai à l’Espace Grün de Cernay et sera animée par Jacques Lindecker, critique littéraire et écrivain.

lundi, novembre 20, 2017